"Le label Finansol est une distinction qui parle beaucoup plus à nos porteurs finaux que tout autre discours…." Philippe POIRE, Crédit Mutuel AM

Publiée le 09.01.2023

Engagé dans le développement de la finance solidaire et à impact social, le Crédit Mutuel a récemment créé un FPS solidaire (labellisé Finansol). Afin d'en savoir plus, nous avons posé 3 questions à Philippe Poiré, Responsable de la RSE et de la Finance solidaire au sein du Crédit Mutuel.

Faisant suite à la création et à la labellisation d'un FPS, nous avons posé 3 questions à Philippe Poiré, Responsable de la RSE et de la Finance solidaire au sein du Crédit Mutuel. L'occasion de faire un focus sur leurs actions pour contribuer aux travaux du collectif FAIR et d'avoir quelques conseils pour ceux qui souhaitent se lancer dans l'aventure.

1/ Comment comptez-vous contribuer aux travaux du collectif FAIR pour l’année 2023 ?

Plusieurs sujets font l’actualité en ce début d’année. Il y a tout d’abord un contexte règlementaire toujours très chargé notamment pour les sociétés de gestion avec la poursuite de la déclinaison de la règlementation européenne SFDR et Taxonomie. Ce sont des exigences complémentaires de reporting et donc des exigences de collecte de données auprès des organismes solidaires que nous accompagnons. Il y a, je pense, matière à mobiliser le collectif FAIR autour d’une réflexion visant à simplifier cette collecte.

Plus globalement, ces nouvelles règlementations nous amènent en tant que financeur solidaire à essayer de trouver des approches harmonisées, donc de Place, comme sur la définition de l’investissement durable requise dans SFDR, pour rendre plus lisible notre action auprès du plus grand nombre.

Dans le prolongement de ce contexte règlementaire, le sujet de la mesure d’impact reste toujours d’actualité. Le collectif FAIR pourrait également rechercher des standards afin de rendre plus lisible l’approche d’impact auprès du plus grand car l’enjeu est véritablement là.

Toujours dans cette actualité, n’oublions pas l’évaluation de la Loi Hamon devant aboutir à une modification de celle-ci. L’enjeu est fort pour in fine le développement de la finance solidaire et à impact social sur le non côté.

Sur tous ces sujets, nous souhaitons apporter notre contribution.

 

2/ Pourquoi avoir décidé de créer un FPS (Fonds Professionnel Spécialisé) solidaire ? Pourquoi avoir demandé la labellisation Finansol pour ce produit ?

La création du FPS s’inscrit plus largement dans un plan d’action ayant pour objectif de développer la finance solidaire au sein de Crédit Mutuel Asset Management. Celui-ci est en quelque sorte une déclinaison des engagements solidaires du Crédit Mutuel Alliance Fédérale, première banque à mission. Dans ce cadre, nous avions besoin de nous doter d’un outil à même de répondre à cette nouvelle ambition. Le FPS permet une souplesse de gestion que n’offre pas une gestion unitaire de l’univers d’investissement d’un fonds 90/10. Il permet également, à terme, d’ouvrir l’expertise acquise sur ce type de gestion à d’autres acteurs, internes ou externes.

La question de la labellisation du fonds était inscrite dès le départ dans nos objectifs, tout comme l’obtention de l’agrément ESUS. Le label Finansol est une distinction unique permettant de reconnaitre la démarche solidaire de nos processus d’investissement. C’est une distinction qui parle beaucoup plus à nos porteurs finaux que tout autre discours….

L’idée est maintenant de faire labelliser nos fonds 90/10 à brève échéance pour voir notre gamme globale couverte par celui-ci.

 

3/ Quels seraient les trois conseils que vous donneriez à un professionnel qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’investissement solidaire ?

Se lancer dans l’investissement solidaire semble plus facile aujourd’hui qu’il y a quelques années. En effet, tout le monde parle d’impact, social, environnemental … ou encore de finance solidaire. Les ambitions en la matière se sont multipliées car chacun comprend l’utilité de ce type de finance pour répondre aux enjeux du moment : transition écologique, économie circulaire, inclusion ….

Un conseil que je peux donner : jouer le collectif. Cette finance s’appuie avant tout sur des personnes engagées partageant souvent deux objectifs: réparer et transformer la société. Certes, chacun a ses contraintes propres au niveau des financeurs comme au niveau des financés. Néanmoins, le collectif permet toujours d’avancer, d’échanger et de construire en cohérence et en efficacité. La force du collectif c’est ce qui m’a marqué le plus depuis mon intégration dans le cercle de financeurs solidaires.

A lire également