novembre 19 2021

“Innover pour l’accès à l’Emploi” : découvrez les 4 structures qui bénéficieront d’un contrat à impact social

Le 22 novembre, Elisabeth Borne, Olivia Grégoire et Thibaut Guilluy ont annoncé les lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt de Contrat à Impact « Innover pour l’accès à l’Emploi ». Zoom sur ces quatre structures qui vont pouvoir bénéficier d’un contrat à impact social pour faire préfinancer leurs actions.

 
L’appel à manifestation d’intérêt de Contrat à Impact « Innover pour l’accès à l’Emploi » est le 3ème lancé par Olivia Grégoire, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable. Ouvert en mars 2021, il vise à financer des projets innovants pour faciliter l’accès à l’emploi.

Avec une enveloppe initiale de 10 millions d’euros (répartie sur les projets sélectionnés), il se concentre sur les thématiques suivantes :

  • accompagner l’insertion des jeunes par le mentorat,
  • accompagner la mobilité résidentielle et/ou pendulaire,
  • améliorer l’accès et le maintien en emploi des personnes souffrant de troubles de santé, en particulier de troubles psychiques.

 
FAIR, en tant que centre de compétences sur les Contrats à impact auprès de la Direction générale du Trésor (DG Tresor), a participé à l’analyse des 25 candidatures reçues. L’association accompagnera également la DG Trésor dans les premiers mois de structuration des dossiers.
 
 

“Innover pour l’accès à l’Emploi” : les lauréats sont…

DUO for a JOB


Créé en 2013 en Belgique, DUO for a JOB est un programme de mentorat intergénérationnel qui met en relation des jeunes réfugiés ou issus de la diversité (“mentee”) avec des bénévoles de plus de 50 ans (“mentor”). Il s’agit plus spécifiquement d’accompagner vers l’emploi ces jeunes, souvent primo-arrivants et peu qualifiés, et à renforcer la cohésion sociale par le biais d’un mentorat innovant.

DUO for a JOB a un budget de 2 800 000 € sur 4 ans pour essaimer dans les territoires urbains de Paris, Marseille et Lille.
 
 

Messidor


Messidor a développé une application dédiée aux personnes handicapées psychiques, pour leur permettre de mieux s’approprier leurs parcours de transition vers l’emploi, et leur permettre de gagner en autonomie.
L’enjeu est d’intervenir dans une logique de prévention auprès d’un public sans qualification travailleur handicapé – RQTH, afin qu’il devienne éligible à ce dispositif d’« emploi accompagné ».

Pour un budget de 2 550 000 € sur 5 ans, Messidor a vocation à expérimenter ce dispositif en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine.
 
 

Télémaque


Créée en 2005, Télémaque est une association pionnière de l’égalité des chances. Son rôle ? Favoriser la réussite éducative de jeunes motivés, investis et scolarisés dans des territoires fragiles grâce à un accompagnement personnalisé.
Télémaque souhaite expérimenter, via l’innovation « Télémaque Pro », un programme où l’insertion professionnelle est intégrée au parcours de formation, en adéquation avec les besoins de recrutement d’entreprises partenaires et en collaboration avec les établissements scolaires.

Télémaque bénéficiera d’un budget de 3 150 000 € sur 6 ans pour développer le potentiel et l’employabilité de jeunes issus de territoires fragiles et scolarisés en filière professionnelle.
 
 

Comme les Autres


Depuis sa création en 2011, l’association Comme les Autres accompagne des personnes devenues handicapées moteur suite à un accident. Son objectif : lever les freins périphériques à l’emploi des personnes devenues handicapées moteur afin de favoriser leur employabilité et permettre ou accélérer leur réinsertion socio-professionnelle.
Chaque action de l’association inclut systématiquement l’expérience du sport et des sensations fortes, le pair-accompagnement et la mixité handicapés / valides.

Comme les Autres est déjà lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) de Contrats à impact « Egalité des chances économiques » avec un budget de 3M€ sur 3 ans pour le Programme d’Orientation vers l’Emploi (POE). C’est le volet 2 du POE qui est lauréat aujourd’hui, pour un budget supplémentaire de 1 475 000 €.
 
 

Pourquoi opter pour un Contrat à Impact Social ? Quels sont les avantages ?

Concrètement, qu’est-ce que cela va apporter aux projets ? Il s’agit, pour ces quatre structures, de bénéficier :

  • D’un budget prévisible, sur mesure et pluriannuel
  • D’une possibilité de tester une innovation sociale, ou de l’essaimer sur de nouveaux territoires
  • D’une implication de l’ensemble des parties prenantes dans la réalisation des projets
  • D’une participation active à la définition des objectifs de résultats du programme
  • D’une absence de risque financier, qui est supporté par l’investisseur

 
 

Le Contrat à Impact Social : qu’est-ce que c’est ?

Logique et historique

Le Contrat à Impact Social est né au Royaume-Uni en 2010 sous le nom de Social Impact Bond (SIB). Les SIB sont alors présentés comme une réponse à la difficulté que rencontre le gouvernement britannique pour financer des programmes de prévention et d’intervention précoce dans le domaine social.

L’introduction de capitaux privés dans le secteur social doit ainsi permettre le financement de programmes innovants et risqués. La puissance publique peut alors transférer le risque d’échec aux investisseurs, et ne financer le projet que s’il est efficace.

L’efficacité du produit repose d’une part sur l’atteinte d’objectifs d’impact préétablis, et d’autre part sur l’anticipation de gains futurs pour le payeur aux résultats (coûts évités, recettes futures). On parle également de “value for money” (rapport coût/efficacité).

La logique économique des SIB consiste à traiter une problématique sociale en réduisant son coût net pour le secteur public.
 

Fonctionnement

Un Contrat à Impact Social (CIS) a pour objectif de créer une collaboration entre des investisseurs, des structures de l’Economie Sociale et Solidaire et la puissance publique autour d’un même objectif : la prévention d’un problème social.

Les investisseurs financent des programmes sociaux axés sur la prévention dans une logique d’investissement social, qui permettent à un tiers-payeur, le secteur public, d’expérimenter de nouvelles actions sociales qui génèrent des économies futures et/ou dégagent une valeur ajoutée sociale.
La puissance publique peut ainsi, dans un second temps, dégager des moyens pour de nouveaux financements ou mettre en œuvre une nouvelle politique publique. Elle s’engage par ailleurs à rembourser aux investisseurs ce financement, avec intérêt ou non, en fonction de l’impact social créé par le programme et donc des économies effectivement réalisées.

 
 

 
 

Laissez un commentaire