Le projet

Grâce à la finance solidaire, l’Entreprise Coopérative des Agriculteurs de Méagui (ECAM) a pu se développer. Sa mission ? Donner à la collecte et la vente de cacao en Côte d’Ivoire un sens social et environnemental.

 

L’ECAM : une démarche sociale mais aussi un fort impact environnemental

Financeur(s) solidaire(s) : SIDI
L’ECAM a été créée en Côte d’Ivoire en 2004 à l’initiative de 87 producteurs de cacao, autour d’une vision sociale et environnementale forte : renforcer l’autonomie financière de ses membres et de leurs familles dans une logique de respect de l’environnement.
Celle-ci s’étend également aux questions de genre puisque l’ECAM incite les planteurs à céder une partie de leurs parcelles à leur épouse permettant ainsi à 322 femmes d’être aujourd’hui elles-mêmes membres-productrices. La présidente du CA et fondatrice de la coopérative fait également figure de modèle dans le secteur du cacao équitable ivoirien.

En 2020-21, ECAM a vendu près de la moitié de son cacao sous le certificat Commerce Equitable et l’autre sous le certificat UTZ/Rainforest Alliance.
L’écoulement des volumes de cacao sur ces marchés certifiés génèrent des primes. Près de 50% de celles-ci sont reversées aux membres, au prorata des volumes livrés. Le reste est utilisé pour mettre en place des projets sociaux d’aide directe aux plus pauvres (distribution de vivres et de kits scolaires) ou de services publics (construction d’écoles et de pompes).

 

L’entreprise est également vigilante sur les questions :

  • du travail des enfants en souscrivant au Système de Suivi et de Remédiation du Travail des Enfants (SSRTE);
  • de l’environnement, en définissant dans sa démarche tout un ensemble de mesures à fort impact environnemental (respect des zones forestières protégées, conversion des parcelles en bio, agroécologie).

 

Résultats ?

L’intérêt pour la coopérative est en forte croissance, elle atteint aujourd’hui 2113 producteurs membres, dont 322 femmes.

  • La coopérative est certifiée commerce équitable depuis 2016, UTZ depuis 2017, et a converti une partie de ses producteurs en bio depuis 2020.
  • Avec près de 6500 tonnes de production par an sur une superficie de plus de 12012 ha, ECAM fait aujourd’hui partie des coopératives ivoiriennes de cacao les plus reconnues, aussi bien pour sa performance opérationnelle que pour son impact social et environnemental.
  • Grâce aux primes versées par ses acheteurs pour son cacao certifié, ECAM développe un ensemble de projets dans le cadre de sa mission sociale et environnementale
  • L’ECAM a été élue meilleure Coopérative Cacaoyère de Côte d’Ivoire le 8 Octobre 2020 lors de la Journée Nationale du Cacao et du Chocolat (JNCC 2020). C’est également une productrice membre d’ECAM qui y a reçu le prix de la meilleure productrice nationale.

 

Et ce n’est pas tout !

L’axe prioritaire de développement de l’ECAM est celui de la transition agroécologique qu’elle estime être le futur de la production cacaoyère des membres de la coopérative et plus globalement celui de la Côte d’Ivoire.

Elle compte mettre l’accent sur :

  • les questions de production de cacao biologique et accompagner les producteurs en leur fournissant des intrants biologiques efficaces pour les assister dans leur conversion;
  • le processus de reconstitution du couvert forestier par la réintroduction d’arbres d’ombrages dans les parcelles cacaoyère qui doit être intensifié et développé à grande échelle.

 

En quelques mots : “Qu’est-ce que la finance solidaire a apporté à ECAM ?”

« La finance solidaire a joué un rôle crucial pour le développement d’ECAM.
La collecte des fèves de cacao auprès des membres de la coopérative demande des moyens financiers importants. En effet, les planteurs ayant pour la plupart une situation financière précaire, ils ont besoin d’avances importantes, notamment pour financer les travaux et intrants agricoles mais aussi pour leurs besoins sociaux (scolarité des enfants, maladie, amélioration du logement etc.). Ils sont donc largement dépendants des avances de la coopérative. Avant d’obtenir l’appui financier de la SIDI, ECAM dépendait entièrement de ses acheteurs pour se financer. Les montants octroyés étaient limités et sur de très courtes durée rendant la coopérative dépendante de ses acheteurs et réduisant ses marges de manœuvre et de négociation car les banques locales sont peu enclines à financer les coopératives cacaoyères.
 »
Isabelle Brun, Responsable communication externe à la SIDI

 

Détails

Thématique:Activités écologiques et sociales
Localisation:Méagui (Côte d'Ivoire)
Année:2004
Lien :Visitez