novembre 08 2021

3 questions à… Laura, épargnante au Crédit Municipal de Paris

Epargner solidaire, qu’est-ce que ça veut dire ? Comment faire ? Et pour quoi ?
Découvrez le témoignage de Laura, qui a décidé de soutenir des causes qui lui tiennent à cœur grâce à son livret d’épargne au Crédit Municipal de Paris.

 

1. Pourquoi avez-vous décidé de devenir épargnant solidaire ?

Laura : Personnellement, j’ai toujours eu un penchant pour l’épargne. C’est un sujet qui m’intéresse. J’ai commencé en Italie, mon pays d’origine, et une fois arrivée en France, j’ai pensé que c’était une manière de sécuriser mon projet de vie pour être sûre que je puisse subvenir aux imprévus, notamment lorsque j’ai eu mon premier enfant. En épargnant, je sais que mon argent fructifie sans que je puisse avoir la tentation d’y toucher et de le dépenser inutilement. Finalement, j’ai commencé par l’épargne classique puis j’ai diversifié mon épargne : je me suis donc intéressée à d’autres formes d’épargne. En 2016, j’ai commencé ma mission au Crédit Municipal de Paris où je m’occupais du surendettement et j’ai vu que c’était un sujet très important. Quand le Crédit Municipal de Paris a développé des produits d’épargne, j’ai pu approfondir le sujet. Je me suis alors formée. J’ai découvert que dans l’épargne solidaire on peut suivre les projets qui sont soutenus pendant les années où l’argent est épargné.
 
 

2. Comment êtes-vous devenu épargnant solidaire ?

Laura : Je suis arrivée à Paris dans le cadre de mes études puis j’ai poursuivi avec ma mission au Crédit Municipal de Paris. Pour moi, épargner en France est une façon de restituer ce que j’ai reçu de la ville.
Dès que j’ai pu récupérer l’épargne que j’avais souscrit ailleurs, j’ai souscrit un Livret Paris Partage.
Au Crédit Municipal de Paris, je suis une cliente comme les autres, même si j’y travaille. Il y a plusieurs associations qui bénéficient de l’épargne de ce livret. J’ai choisi la Fondation Siel Bleu qui aide les personnes en difficulté par l’activité physique. Après ça, j’ai également ouvert un compte à terme.
 
 

3. Que diriez-vous à quelqu’un qui hésite à passer à l’acte aujourd’hui ?

Laura : Je dirais aux personnes pour qui la contribution à la société est importante, qu’à côté des missions de bénévolat, on peut envisager l’épargne solidaire en tant que moyen renforcé et/ou complémentaire de participer et de s’engager de manière régulière et ciblée. On peut soutenir des projets comme l’environnement, la solidarité internationale, l’accès à l’emploi : les possibilités sont nombreuses. En tant qu’épargnante, je peux dire que je soutiens des causes qui me tiennent à cœur. Ça donne du sens à mon épargne.

 

 

Laissez un commentaire